Diese Seite empfehlenEmail Facebook Twitter

Français

Le musée Segantini

Le musée est érigé en 1908 comme lieu de commémoration, une sorte de monument dans lequel chacun peut se recueillir en hommage au grand Maître qui a séjourné les cinq dernières années de sa vie dans l’Engadine.  Conçu sous forme d’une rotonde et surmonté d’une coupole majestueuse, le bâtiment fait allusion au pavillon que Segantini a voulu créer pour l’Exposition universelle de Paris de 1900 afin qu’il abrite son  panorama de l’Engadine, un tableau circulaire de dimensions gigantesques. En 1998/99, le musée est  assaini, restauré et agrandi.

Le célèbre Triptyque des Alpes Harmonie de la vie – la Nature – Harmonie de la mort (Devenir – Être – Disparaître) représente certainement l’une des dernières œuvres de son époque qui met autant l’accent sur des  thèmes puissants et éternels. Segantini voit l’existence humaine en parfaite harmonie avec la nature. À partir de 1897, le Maître se penche sur un projet de dimensions monumentales: un panorama des Alpes destiné à l’Exposition Universelle de Paris de 1900 et à présenter dans un pavillon conçu par l’artiste lui-même. Le projet ne verra jamais le jour et sera abandonné faute de moyens financiers. Segantini réunit finalement en un triptyque les deux toiles Harmonie de la vie et Harmonie de la mort, commencées en 1896, et La nature, le panneau central qu’il vient d’achever.

Sur les six étapes du chemin Segantini, nous sommes au plus près de l’œuvre de cet artiste. Le chemin débute à l’hôtel Soldanella, longe le musée Segantini et débouche devant le lotissement Suvretta dans la Via Somplaz.

Giovanni Segantini (1858–1899)

Naissance le 15 janvier à Arco (Trentin). Il fréquente l’Académie des beaux-arts de Brera à Milan. En 1880, Segantini prend possession de son premier atelier à Milan. À l’automne 1881, il s’installe avec  Luigia Bugatti, surnommée Bice, dans la Brianza située au nord de Milan. En 1886, Segantini quitte la région pour les Grisons et prend domicile à Oberhalbstein. En août 1894, l’artiste déménage une fois encore à Maloja dans la Haute Engadine.

Depuis 1896, la famille passe les mois d’hiver à Soglio dans la région du Bergell. Segantini mourra le 28 septembre 1899 à 41 ans dans sa cabane du Schafberg au-dessus de Pontresina. Retiré dans les montagnes suisses, l’artiste se tourne vers le symbolisme. Il immortalise la majesté des paysages alpins en conjuguant la nature explorée dans ses moindres détails et des visions allégoriques d’une rare luminescence. Segantini est considéré comme le principal représentant du symbolisme.

Otto Fischbacher: La fondation Giovanni Segantini

Outre les œuvres de ses propres fonds, le musée Segantini héberge une collection unique de neuf tableaux et de trois dessins appartenant à la Fondation Otto Fischbacher - Giovanni Segantini. À Saint-Maurice, le visiteur pourra admirer un ensemble d’œuvres des plus complets et significatifs de Segantini, unique dans le monde qu’il s’agisse d’œuvres précoces telles le Baiser à la croix en passant par La première messe jusqu'au célèbre Ave Maria pendant la traversée. Six tableaux témoignent de son séjour à Savognin.

Horaires

 

20.Mai - 20. Octobre
10. Décembre - 20. Avril
Mardi - Dimanche 10.00-12.00, 14.00-18.00

Fermtures: Les 1er janvier, le Vendredi saint, le dimanche de Pâques, le 25 décembre